Avant de dire si un mensonge est inacceptable ou parfois nécessaire, il faut d’abord définir ce qu’est un mensonge, et où il trouve ses limites, car la réponse à cette question dépend des variables de ce mensonge, de son type, de sa fonction. Le mensonge est défini comme le fait d’affirmer un fait contraire à la vérité, tout en sachant cette vérité (à ne pas confondre avec l’ignorance d’un fait) ou encore la dissimulation de cette vérité. L’être humain dissimule ou affirme un fait contraire à la vérité afin de satisfaire plusieurs besoins. En fonction de ces besoins les mensonges seront différents. Beaucoup de gens présentent souvent le mensonge comme un mal, dans une relation humaine libre, il n’a pas sa place. Mais on peut par contre reconnaître parfois son utilisation. Il ne faut pas confondre mensonge et pudeur qui elle, a pour but de ne pas agresser son interlocuteur, de faire passer la parole avant les actes et de rechercher une communication harmonieuse plutôt qu’une victoire.

Le mensonge peut donc être de plusieurs sortes et plus ou moins acceptable. Dans le cas où il doit agir pour notre propre survie physique ou psychologique ou, à défaut d’autres moyens, pour s’adapter à un environnement donné, le mensonge paraît acceptable car au fond il se présente sous forme non‐négative. (Ce mensonge est défini comme un mensonge officieux)

Par exemple, un homosexuel, dans un milieu d’hétérosexuels, peut très bien s’entendre dire qu’il est hétérosexuel pour se protéger des autres. Certains diront qu’il est inacceptable de mentir sur soi‐même vis‐à-vis d’autrui, car on ne peint pas la bonne image, l’esquisse que l’on donne de nous est alors erronée, on est dans l’erreur. Mais l’erreur ne viendrait‐elle pas de plus loin que ce mensonge? L’inacceptable ne vient pas du mensonge donné, mais plutôt du pourquoi il est affirmé. Si les êtres humains s’acceptaient tels qu’ils sont, avec leurs propres choix, envies, secrets, ils ne seraient pas obligé de se mentir. Tolérer est le meilleur moyen pour ne pas obliger l’autre à mentir pour se protéger.

Dans le cas où le mensonge est un mensonge, non plus pour se protéger, mais pour la valorisation de soi, où la mise en valeur d’autrui, le mensonge devient tout à coup nécessaire ou acceptable pour ceux qui prônent toujours la vérité ? Comme disait Denis Diderot, dans son livre Le Neveu de Rameau : « On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte, et l’on boit goutte à goutte une vérité qui nous est amère. ». Lorsque l’on est satisfait, ou lorsque l’on se satisfait soi‐même d’un mensonge, il devient acceptable, et on n’hésite pas à en jouer avant d’arriver à ses fins, de déstabiliser quelqu’un par jalousie, haine ou égoïsme. Lorsque ce même mensonge est porté contre soi‐même, il devient alors inacceptable. N’est‐ce pas là la plus belle hypocrisie ? Revendiquer certaines normes, croyance, pour ne pas les suivre avec soi‐même car le goût du mensonge nous est parfois meilleur que celui d’une vérité non acceptée ?

Ensuite, on peut définir le mensonge par politesse. En effet, la politesse, de nos jours, peut être considérée comme un mensonge. Lorsqu’on demande à quelqu’un si ça va quand on le croise dans la rue, on ne s’attend pas à ce qu’il nous raconte la totalité de ses problèmes. La politesse « ça va ? » ou « Tu va bien ? » est donc un mensonge ancré dans notre société car en fin de compte, de savoir comment va la personne ne nous intéresse pas.

En fin de compte, le mensonge ne peut pas être inacceptable car on en reviendra toujours à un problème de société et non pas un problème moral nous disant de l’arrêter. Depuis longtemps notre intolérance, et notre hypocrisie nourrissent le mensonge qui fait avancer notre société. Et puis même si Abraham Lincoln a dit un jour qu’ «Aucun homme n’a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge », l’être humain réussira toujours à dire un fait contraire à la vérité ou à la dissimuler afin de valoriser son image, celle d’autrui, que se soit pour se protéger ou pour déstabiliser par jalousie, haine, égoïsme, qui sont les mauvais moteurs de notre société.

About these ads